En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies
OK
Ouverture de la Mairie :

 

LUNDI de 16h à 19H

JEUDI de 16h à 18h

tel /fax : 02.32.50.40.83

mairie.vacherie@gmail.com

C.A.S.E
Communauté d'Agglomération
Seine-Eure
Tel : 02.32.50.85.50
Fax : 02.32.50.85.51
 
 
UNE QUESTION ?

DIPLÔME D'HONNEUR AUX ANCIENS COMBATTANTS

 DIPLÔME D'HONNEUR AUX ANCIENS COMBATTANTS

 

  A l’occasion des 70 ans de  l’appel du 18 Juin, avait lieu à la mairie de La Vacherie une cérémonie en l’honneur de Pierre LEMARIÉ, doyen de la commune, pour lui remettre un diplôme d’honneur en reconnaissance de son action pour la France.

  Pierre LEMARIÉ, entouré de ses proches, du conseiller général GUY AUZOUX, du maire Jean-Claude COURANT et de l’équipe municipale était très ému.

  En effet, lors de la 2nde guerre mondiale, la ferme de Penette où habite Pierre LEMARIÉ avec sa famille fût un lieu stratégique de la résistance locale.

  Pierre LEMARIÉfaisait alors partie du réseau TURMA-VENGEANCE.

  Ci-joint le récit de Mr Henri CHAUVIN relatant quelques faits de résistance locale :

 

RÉCITS DE LA RÉSISTANCE, Réseau TURMA-VENGEANCE selon Henri CHAUVIN

 

 

 Son action dans la résistance :

Je suis entré dans la Résistance un dimanche matin de mai 1943. J'étais dans ma classe pour préparer les tableaux et le travail de la semaine lorsque j'ai eu la visite de Roland HUET, qui me demanda si je voulais entrer dans un mouvement de Résistance qui avait besoin d'hommes expérimentés.

Il avait appris que j'avais fait la guerre comme aspirant et sous-lieutenant et que je pourrais être très utile. Après avoir réfléchi un instant - car si j'avais le droit d'exposer ma vie, j'exposais aussi celle de mon épouse, de mon fils d'un an et de ma famille, mais ma haine des nazis et leur comportement en France fut la plus forte. Je ne voulais pas non plus que l'on puisse me reprocher plus tard de n'avoir rien fait.

Je fis la connaissance de MAURY et PASCO qui me mirent au courant de ce que je pourrais faire. Ils me confièrent le secteur de la Vallée de l'Iton entre Normanville et Amfreville sur Iton.



De 1940 à 1942 la Résistance fut peu active. Elle se limita à quelques sabotages, à des inscriptions contre l'occupant, à l'établissement de faux papiers pour les prisonniers évadés. Le réseau de renseignements du mouvement « Vengeance » fut créé dans l'Eure en décembre 1942 sur l'initiative de Bernard LAUVRAY, interne des hôpitaux de Paris comme étudiant en pharmacie. Il s'implanta dans la région d'Evreux sous la direction de Louis MAURY, professeur à Evreux, et du séminariste Alphonse PASCO. Ce réseau avait pour mission de collecter des renseignements sur le potentiel de guerre allemand : effectifs et mouvements de troupes, transports spéciaux, mouvements d'avions, emplacement des batteries de D.C.A., transports de munitions ...

Ces renseignements étaient transmis à Londres par radio. Les destructions effectuées par l'aviation alliée à la suite de ces rapports ont montré leur importance.

Pour toute la région nord d'Evreux, Brosville fut le coeur de ces activités et quatre points de la commune devinrent les lieux stratégiques : la ferme du château des Angles avec la famille PASCO, la ferme de Penette à Carcouët avec la famille LEMARIE, le moulin Heulin avec la famille PICHERIT et la filature de laine cardée dirigée par M. Fernand LEMARQUE.

Une des premières actions de « Turma-Vengeance » fut l'établissement de fausses cartes d'identité pour les réfractaires et le placement de ceux-ci dans des fermes. Ce fut surtout l’oeuvre de M. PICHERIT.

A partir de juin 1943, la R.A.F. (Royal Air Force) dont le nombre des avions a fortement augmenté, fait de plus en plus de raids sur notre pays et la Normandie est un point de passage. Les aviateurs touchés par la D.C.A. sautent en parachute. Les résistants bien organisés les récupèrent, les hébergent et s'occupent de leur rapatriement. Cette récupération était très importante car il faut beaucoup de temps pour former un pilote d'avion et ceux-ci pouvaient reprendre la lutte dès leur retour en Angleterre. Le groupe MAURY avec Alphonse PASCO a sauvé une soixantaine d'aviateurs alliés.

A Brosville c'est Maurice ANNE qui hébergea le premier parachutiste en juin 1943, il fut pris en charge par le Front National.

Le 4 octobre 1943 le Capitaine William MILDREN dont l'avion fut abattu au Mesnil Fuguet fut sauvé par Paulette GIRARD avec son père qui travaillaient dans un champ de betteraves. Ils cachèrent son parachute et elle le conduisit à la ferme des Angles. Il fut hébergé par la famille PICHERIT et HUET, et conduit à Paris par Mme MAURY le 9 décembre 1943.

Les parachutistes qui furent rapatriés le furent avec beaucoup de stratagèmes. Un jour un groupe d'ecclésiastiques sous la conduite d'Alphonse PASCO prit le train pour Paris avec des habits prêtés par l'Abbé ELIOT.

Au début de mai 1944, un avis de la Kommandantur arrive en mairie. Les postes de T.S.F. déposés par les habitants qui n'ont plus le droit d'écouter la radio seront ramassés. M. QUARRE, secrétaire de mairie me prévient. J'alerte aussitôt Alphonse PASCO, Raymond PICHERIT, René VILCOQ, l'Abbé ROCHARD et André BIAUX qui décident, la nuit suivante, de camoufler les postes dans le grenier de l'école en simulant un cambriolage. Il n'y a pas d'escalier, le grenier n'est accessible qu'avec une échelle accrochée sous le préau de l'école. Les postes furent cachés sous les fagots qui servaient à allumer le feu dans les classes. Lorsque les Allemands en retraite ont occupé l'école, ils voulurent savoir ce qu'il y avait dans le grenier : mon beau-père avait cassé des barreaux de l'échelle pour la rendre inutilisable. Ils ne purent trouver une échelle dans le pays et ainsi les propriétaires des postes purent les retrouver à la libération. Moi j'avais gardé le poste de Mme DOUDARD avec son accord et je le cachais dans la cheminée pour écouter Londres et les messages. Pour le parachutage de notre secteur c'était « Les lions attendent Icare ». Avant mon arrestation je n'ai pas eu l'occasion d'avoir un parachutage.

Et voici les derniers faits de la Résistance dans le secteur. Au moment de la débâcle allemande, la voie ferrée Evreux-Louviers était la dernière voie de repli vers la Seine. Il fallait la rendre inutilisable. Après deux tentatives infructueuses à Amfreville et Hondouville, le déraillement fut organisé dans la courbe de Brosville sous les Belles Roches, endroit choisi pour la proximité de la rivière. L'action fut couronnée de succès. Au passage d'un train, les deux locomotives quittèrent les rails déboulonnés et s'abîmèrent dans l'Iton. Les Allemands investirent les lieux les plus proches : la ferme de Penette et la filature. La Gestapo ne trouva rien dans l'usine, l'équipe radio étant partie opérer sur le plateau. A la ferme il n'y avait que quelques personnes occupées à fabriquer des brassards F.F.I. Mme LEMARIE avec un sang froid admirable expliqua qu'il s'agissait de brassards pour une fête religieuse. Les Allemands acceptèrent l'explication et ne trouvèrent rien d'autre. La veille, une vingtaine de résistants étaient rassemblés à la ferme.

Quelques jours plus tard tout Brosville pouvait pousser un ouf de soulagement, c'était la Libération. Le mouvement « Turma-Vengeance » a payé lourdement son engagement. En 1943, en décembre, Vic DUPONT, chef national de « Vengeance » est arrêté à Paris. En janvier 1944, Bernard LAUVRAY est arrêté par la Gestapo. Torturé, il ne parlera pas et sera déporté au camp de Neuengamme et mourra quelques jours avant la libération de Hambourg.

Le 19 mai 1944 Louis MAURY et Jules OVERLACK sont arrêtés sur dénonciation d'un agent de police faisant parti des corps francs. Le 20 mai André BIAUX est arrêté à son travail chez M. JOACHIM. Le 22 mai au matin ce sont Maurice LEGOUX à Quittebeuf et l'Abbé ELIOT de Bérengeville, l'après midi vers 15 heures 15, je suis arrêté par la Gestapo dans ma classe au milieu de mes élèves. Ils me fouillent pour voir si je suis armé et me disent « Police allemande, on vous arrête ». Ils me font sortir et ne permettent pas que j'embrasse ma femme qui tient mon fils dans ses bras, me passent les menottes et me font monter dans la traction garée devant la porte. Ils me demandent de les conduire chez Roland HUET. Je déclare ne pas le connaître. Ils démarrent vers Evreux et s'arrêtent à la maisonnette du Moulin Heulin où demeurait André BIAUX arrêté le 20 mai. Deux policiers descendent pour fouiller la maison, le troisième me garde avec sa mitraillette. Après quelques minutes ils ressortent, sans avoir rien trouvé. Ils interrogent Mme SELLIER qui remplace la mère de BIAUX partie dans la famille LEBAS où le père est décédé. Je n'ai pas entendu la conversation. Celui qui parle français me demande de les conduire dans un petit hameau de Brosville. Je sais que Roland HUET demeure à Carcouet. Je pense tout de suite à les emmener aux Collets qui se trouve à l'opposé. Dans la plaine entre les Collets et Bérengeville ils s'arrêtent pour interroger un ouvrier agricole : Paul DAMIENS qui a dû leur dire qu'il travaillait à la ferme LENFANT. Ils font demi tour et vont à la ferme. Dans la cour il y a un ouvrier qui charge du fumier dans un tombereau. Ils l'interrogent et je crois entendre le mot cousin. Je fais signe à celui qui parle français en lui disant que c'est un prisonnier de guerre qui vient d'être relâché car il est fou. Il lui demande ses papiers et je croyais qu'il allait l'embarquer. A ce moment-là, Mme LENFANT est sortie et a dû donner la même explication. Il lui a rendu ses papiers et nous sommes partis pour la prison d'Evreux.

Lorsque j'ai été libéré, j'ai appris que la Gestapo était retournée directement au domicile de Roland HUET qui avait été prévenu peu de temps avant par M. TOURNATORI et il avait pu se sauver dans le bois avec un chef de la Résistance et un opérateur radio avec son poste émetteur.

Pendant ce temps, les réfractaires, l'Abbé ROCHARD et Claude TASSEL, prévenus par mon épouse ont alerté la ferme de Penette évitant ainsi d'autres arrestations.

Tous les résistants de « Vengeance » recrutés dans la vallée d'Eure ont joué un grand rôle dans la Libération en guidant et en renseignant les troupes alliés sur la position des Allemands.

 

Auteur de la fiche :

Henri Chauvin

Commentaire de l'auteur

Source : Témoignage rédigé à l'intention de l'amicale de la Résistance F.F.I. et C.V.R. de l'Eure, qui l'a communiqué à M.E.R..

  

 

                                                      

 

 

 

   

 

                                                       

                                             

 

 

 

                                                                

37217 visites
Conseil Général de l'Eure
RAMASSAGE DES ORDURES

JEUDI: Ordures Ménagères et Tri Sélectif

MARDI : déchets verts

Numéro d'Urgence

VEOLIA EAU :

0811 900 800

ERDF :    

0972 675 027

GENDARMERIE : 

17 ou 02.32.40.19.17

SAMU : 15

a3w.fr © 2018 - Informations légales - lavacherie.a3w.fr